Partir après ta rhéto ?


C’est un moment où on peut se permettre de prendre un peu de recul, un “entre-deux”, certains appellent ça “GapYear”. Prendre le temps de mieux se connaître avant de plonger dans le grand bain des études supérieures, faire de rencontres et pourquoi pas, devenir parfaitement bilingue ? Or, pour connaître vraiment une langue, rien de tel que l’immersion, on le sait.  Plusieurs formules sont possibles : refaire une rhéto à l’étranger, faire du volontariat, suivre des cours de langue uniquement, mixer travail et voyage.  Quels sont les avantages ? A quoi faire attention ? On fait le topo avec toi.


Passer un an dans une école secondaire  (rhéto à l’étranger) présente bien des avantages :

  • tu fais partie d’un groupe de jeunes de ton âge
  • tu peux obtenir une bourse dite Marshall (voir conditions ici)
  • tu es le plus souvent accueilli dans une famille, tu vis la vraie vie des gens

Par contre, c’est forcément juste après la fin du secondaire (dans certains cas, tu dois même avoir moins de 18 ans). D’autres formules sont plus souples, tu peux te donner le temps de réfléchir et de préparer ton projet.

Suivre une année d’études dans l’enseignement supérieur :

L’offre est beaucoup moins étendue et concerne principalement des pays anglophones.  Cette formule est valable également pour les bourses Marshall.

Durant tes études supérieures, des échanges sont possibles (et financés en partie) via les projets Erasmus+.
L’avantage, c’est que ces cours seront alors valorisables dans tes crédits (ECTS) pour l’obtention de ton diplôme.

Travailler là-bas pour financer ton projet :

Nous te renvoyons vers les fiches plus détaillées “Au pair” et “Programme Vacances-travail“.

T’engager pour du volontariat ou une mission de représentation.

Partir pour un séjour plus court mais avec des cours privés intensifs.

“Et si ce n’est pas le bon moment en fin de compte ?”

Ne t’inquiète pas, la plupart des programmes pour les jeunes sont accessibles jusque 30 ans… zen !

“Comment t’y prendre ?”

Certaines associations ou agences spécialisées dans l’organisation de séjours linguistiques peuvent t’accompagner dans les démarches, c’est beaucoup plus simple et sécurisant mais ça a un coût non négligeable.

“Comment t’y prendre ?”

Certaines associations ou agences spécialisées dans l’organisation de séjours linguistiques peuvent t’accompagner dans les démarches, c’est beaucoup plus simple et sécurisant mais ça a un coût non négligeable.

“Combien ça coûte ?”

En dehors des possibilités des bourses (marshall ou LionsClub, Rotary) ou des programmes d’échanges soutenus par l’Europe (Erasmus +), ce qui va intervenir dans le coût c’est le type de logement (dans une famille ou en internat par exemple), si tu suis des cours privés plus ou moins intensifs, si tu es couvert par une assurance santé via l’organisme…

Tous les organismes spécialisés proposent de réaliser un devis gratuit en fonction de tes choix.

Du moins cher (CES où tout est pris en charge par l’Europe), au plus cher (t’inscrire dans une année d’études supérieures ou à l’université), la gamme de prix est très variable.

“Question calendrier, quels délais pour préparer une telle aventure ?”

Compte entre 6 mois et 1 an pour t’informer correctement, comparer les offres, accomplir les formalités administratives et médicales le cas échéant.

“Où t’adresser ?”

Le secteur de l’Information Jeunesse en Communauté française a produit plusieurs outils intéressants et gratuits :

Le Siep met à jour chaque année un répertoire des organismes de séjours implantés en Belgique

Infor-jeunes édite la brochure “Partir à l’étranger en 40 questions” qui englobe toutes les situations

Sans oublier le portail Mobilité des jeunes

Dans chaque centre d’information jeunesse près de chez toi, tu trouveras de la documentation et des conseils gratuits, voire des séances d’information thématiques.

Le BIJ (Bureau International Jeunesse) gère les programmes européens de mobilité et soutient les jeunes dans leurs projets d’échanges.

Un commentaire, une question ?