Choc toxique : un risque à maîtriser !


 

Pendant les règles, on peut utiliser différents moyens de protection (serviettes, tampons, cup).  Si tu utilises des tampons ou une cup, suis bien ces conseils, ils peuvent te sauver la vie ! Et si tu es un garçon, ne passe pas ton chemin, tu peux sauver une vie, toi aussi.

 

Changer de protection régulièrement c’est la base.

Rien ne sert de chercher la super-méthode qui permet de rester au sec toute une journée, c’est un très mauvais plan. Le type de protection doit être adapté au flux : si on est au début ou à la fin des règles, on n’a pas les mêmes besoins qu’au milieu. Le conseil des médecins, c’est de se changer toutes les 4h. La nuit bien sûr, on veut être tranquille, on peut miser sur plus de sécurité et chercher une meilleure capacité d’absorption mais…avec une protection externe de préférence.

 

Hygiène des mains : une attention essentielle.

Se laver les mains après être passée aux toilettes, ok, c’est naturel.  Mais sais-tu que tu devrais aussi les laver AVANT ?

Notre corps est couvert bactéries : certaines sont nos amies (elles sont nécessaires à l’équilibre de notre peau) mais d’autres peuvent s’avérer toxiques si elles trouvent un terrain où proliférer. Lorsqu’on manipule une protection périodique,  des bactéries présentes sur nos mains passent vers notre zone intime.  Et là, ça peut vite devenir un bouillon de culture !

 

Dedans ou dehors, ça change quoi ?

C’est ici qu’on touche au nœud du problème : si on porte une protection interne (tampon ou cup), les risques de prolifération sont beaucoup plus importants.

L’autre point, c’est la composition des protections parce qu’en fait, on ne sait pas très bien de quoi sont faits ces trucs ! Des fibres synthétiques super-absorbantes, des pesticides…en fait les fabricants n’ont pas d’obligation de mentionner la composition des protections périodiques, tu le crois ça ?

 

Donc, sans virer à la parano, il faut privilégier : 

  • les tampons bio ou au moins composés de fibres naturelles (c’est moins efficace mais on a vu que c’est peut-être mieux !)
  • des cups uniquement en silicone médical et qu’on stérilise après chaque change (donc il en faut au moins deux )
  • ou les bonnes vieilles serviettes les plus simples possible (sans parfums et autre fantaisie marketing).

Enfin, si malgré toutes ces précautions, durant les règles, tu  présentes des symptômes comme :

  • fièvre
  • douleurs abdominales (différentes de celles clairement liées aux règles elles-mêmes)
  • vomissements ou diarrhée

Il faut immédiatement enlever le tampon ou la cup , te rendre aux urgences et indiquer au médecin que tu es réglée et que tu portais un tampon ou une cup pour ne pas perdre de temps.

 

Si tu as des difficultés qui concernent ta vie intime, qu’elles soient “techniques” ou émotionnelles, n’oublie pas que les centres de planning sont des lieux spécialisés où des professionnels t’accueillent et répondent à toutes tes questions.

 

A visionner : un reportage de la rtbf (ONPDP) : “Comment prévenir des risques provoqués par les tampons hygiéniques

 

Un commentaire, une question ?