Tatouages et piercings   Mise à jour récente !


Pourquoi faire un piercing ou un tatouage ? Pour modifier son look, avoir plus confiance en soi. Pour exprimer une idée, un souvenir. Parce que c’est joli. Pour agir sur son corps et se détacher ainsi des parents, se sentir plus autonome. Pour se lancer un défi.
Il existe de multiples raisons et les avis sont nombreux sur le sujet. De plus, faire un tatouage ou un piercing demande d’être vigilant sur certains points.

“Quel sens est-ce que ça prend pour moi?”

Est-ce juste une question d’esthétique ? Est-ce pour entrer dans un groupe qui se reconnaît par des « marques » physiques ? Alors, il s’agit d’une sorte de rite d’initiation ; pas d’inquiétude, tu as besoin de t’affirmer, de te différencier (de ta famille) ou de t’apparenter (à un groupe social que tu as choisi). Tatouages et piercings sont une manière de marquer son corps, de construire son identité et de s’affirmer.
Par contre, lorsque le besoin est de l’ordre de la maîtrise de la douleur, de la punition, de l’auto-mutilation, il est nécessaire d’en parler avec quelqu’un en qui tu as confiance ou un professionnel (psychologue ou thérapeute) pour t’aider à y voir plus clair.

“De toute façon, les parents sont toujours contre !”

Certains soutiennent volontiers leurs enfants dans cette démarche et les accompagnent pour vérifier que les conditions d’hygiène sont bien respectées. Mais d’autres, effectivement, se montrent plutôt hostiles à ce genre de pratique. Pour eux, tatouages et piercing trimbalent des images négatives : marginalité, révolte et automutilation. Parfois ils éprouvent un sentiment de honte, comme si leur rejeton affichait une partie intime de lui-même.

“Et moi dans tout ça, que dois-je savoir avant de passer à l’acte ?”

Le principe du tatouage et du piercing, c’est quand même que c’est (quasi) permanent… Bien sûr, il y a des procédés qui peuvent te débarrasser d’un tatouage qui ne te correspond plus mais c’est long (plusieurs séances sont nécessaires avec le laser), parfois beaucoup plus coûteux que le tatouage lui-même (le prix peut varier selon la dimension du tatouage) et peut laisser des cicatrices. Pour le piercing, tout dépend de la taille de l’orifice mais tu ne dois pas négliger les risques de complication au niveau de la cicatrisation.

Au-delà des aspects esthétiques, il faut garder à l’esprit que le risque de contamination (virale ou bactérienne), d’allergie au métal du bijou pour le piercing qui peut contenir du nickel ou à l’encre pour le tatouage est réel. Les bijoux utilisés dans le piercing doivent être conformes à l’arrêté royal du 19 janvier 1998 (relatif au commerce de certains objets usuels entrant en contact direct avec la peau et contenant du nickel). Comme le risque zéro n’existe pas : en cas de don de sang, il faut déclarer tout acte de piercing ou de tatouage (il faut attendre 4 mois avant de pouvoir faire un don).

“À partir de quel âge peut-on se faire tatouer/percer ?”

Actuellement, la loi ne prévoit pas de limite d’âge minimum pour se faire tatouer ou percer. Ca ne veut pas dire qu’il n’y a pas de “règles”. Si tu as moins de 18 ans, il te faudra l’autorisation écrite de tes parents/tuteurs étant donné que tu es sous leur autorité jusqu’à ta majorité (et c’est encore mieux s’ils t’accompagnent pour signaler l’autorisation).

Il est prévu dans le code de déontologie des tatoueurs et perceurs de Belgique que pour tatouer/percer les jeunes entre 16 ans et 18 ans, cela doit se faire avec l’autorisation de leurs parents/tuteurs. Cela ne concerne pas le piercing du lobe de l’oreille. Et interdiction de se faire percer les parties génitales ou des mamelons avant tes 18 ans.

“Est-ce qu’il y a une législation ?”

Depuis le 1° janvier 2006, toute personne désirant exercer le métier de tatoueur ou de perceur doit être agréée. Il existe un arrêté royal qui réglemente les tatouages et piercings.

Celui-ci prévoit que :

▪ Les tatoueurs/perceurs doivent avoir suivi une formation de tatoueur/perceur et d’hygiène.

▪ Le lieu de travail doit être fixe et réservé à cette activité.

▪ Le professionnel doit s’assurer du fait que le client est en état moral et physique avant de subir l’acte. Le cas échéant, il peut refuser de pratiquer l’acte.

▪ Avant l’acte, le client doit signer un document en 2 exemplaires, par lequel il marque son consentement et qui mentionne le type d’acte, la date, la marque et le n° de lot de produits utilisés ainsi que les soins d’hygiène à apporter. Cet écrit mentionne les risques liés au tatouage/piercing.

▪ Les professionnels ont l’obligation d’informer le client, de manière orale et par une affiche d’information dans la salle d’attente ou de travail, les risques encourus par un travail effectué dans de mauvaises conditions.

“Comment savoir si les règles d’hygiène sont respectées ?”

Le local de tatouage/piercing doit être exclusivement réservé à cette activité. Il doit être non fumeur, interdit aux animaux et séparé de la salle d’attente.
Le professionnel doit se laver les mains avant chaque client et mettre des nouveaux gants jetables, utiliser du matériel à usage unique. L’aiguille de piercing stérile doit être sortie de son emballage devant toi. Ta peau doit être désinfectée avant l’acte.

“Et si les règles n’ont pas été respectées ?”

Tu as signé un document en double exemplaire (dont un pour toi) où sont mentionnés le nom et adresse de l’établissement ainsi que le nom du tatoueur/perceur. En cas de problème, tu pourras introduire une plainte à l’Inspection de la SPF Santé Publique.

En conclusion : Informe-toi, prends le temps de la réflexion pour analyser tous ces éléments.
Et si ta décision est prise, choisis un professionnel compétent et rigoureux.

En savoir plus
Health.Belgium.be – Informations sur les tatouages et les piercings pour le citoyen et le professionnel
IFAPME – Formation : procédures d’hygiène relatives aux piercings et tatouages
Métiers Siep – Fiche : Tatoueur·euse
Health.Belgium.be – Arrêté Royal du 25/11/2005 réglementant les tatouages et les piercings (pdf)

Un commentaire, une question ?